Planete-Alien.net - Le Forum Index du Forum
Options de navigation
  FAQ ::: Rechercher ::: Membres ::: Groupes d'utilisateurs ::: Profil ::: Messages privés ::: Connexion   Enregistrez vous 
Watchmen : une oeuvre culte en BD et au ciné !

 
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Planete-Alien.net - Le Forum Index du Forum -> Cinéma
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Podracers
Grand Ancien


Inscrit le: 10 Juil 2005
Messages: 1470
Localisation: Troisième jonction

MessagePosté le: 10 Sep 2009 19:49    Sujet du message: Watchmen : une oeuvre culte en BD et au ciné ! Répondre en citant

Voilà aucun topic sur ce Comics que j'ai découvert au cinéma et qui n'en finit pas de me surprendre ! Au début, j'avoue avoir eu beaucoup de mal à pénetrer cet univers complexe, mais je pense que l'univers de Watchmen est précieux et regorge de trouvailles scenaristiques...



Juste comme ça, quel est votre personnage préféré ? Moi c'est le hibou, je me coltine toujours les mecs à lunettes M. Green
_________________
¥ You are tired Jedi...¥

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Ubbo Sathla
Space Jockey


Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 596
Localisation: les angles du temps

MessagePosté le: 11 Sep 2009 20:08    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, me voilà prêt, shooté au soda, au chocolat et aux chips wasabi, préparé comme pour un compionnat du monde d'endurance (ou pour une instance haut level à WoW) parce que je prévois de faire du long. Choqué

Ah. Teh Watchmen, une oeuvre quelle est bien! Je n'ai jamais vu le flim, je n'ai lu que la compilation avec bonus, et je dois dire que, malgré les couleurs qui font encore plus mal aux yeux que le skyblog de XxX°aNtOnY-du-93°XxX, et ben j'ai pris un pied tellement monstrueux que j'ai cru que c'était celui de Chuck Norris dans ma gueule! (je me lasse pas de cette expression) Je n'ai pas lu assez d'Alan Moore pour être fan (du Swamp Thing, The Killing Joke et Watchmen) mais si tout son boulot est équivalent, je vais le devenir. Très content

Ce qui frappe, ou plutôt qui accable, dans ce comics, c'est le fatalisme apocalyptique qui sourd littéralement de partout. Les Passages des Tales of the Black Freighter intercalés avec la narration normale la rendent laborieuse, comme alourdie pas le pessimisme et les double-sens funestes, d'autant qu'il y a parfois parallélisme entre les deux histoires. Les références plus ou moins eschatologiques ponctuent le récit et maintiennent une ambiance tellement opprressanntte qu'il faut l'écrire avec toutes les consonnes en double.

Il y a évidemment l'horloge sanglante au début de chaque chapitre, l'affiche Pale Horse et une tonne d'autres que je cherche encore. L'atmosphère est pessimiste, sombre, et pourtant sans recourir aux procédés à deux balles de la littérature grimdark. Pas de sexe ou de gore gratuit à chaque page, pas de petits crânes de partout, pas d'illustrations ternes et barbouillées de noir. Mal ou Très fou

Sans pour autant tomber dans le prosaïsme chiant et lourdingue, l'histoire est admirablement réaliste comparée à la moyenne des comics de super-héros. En effet, même s'il y a du fantastique, il n'est pas le vrai sujet de l'oeuvre, qui tient plus de la tragédie que d'autre chose. Le malaise est omniprésent, tous les personnages essaient de se débattre avec les "ficelles" qui les tirent, et même si certains s'agitent un peu plusque les autres, en se déguisant pour combattre au nom de la "justice", tous sont tout aussi impuissants face aux "Grands Engrenages" de la fameuse "Horloge" cosmique.

La désacralisation des super-héros, qui est l'autre thème du comic, est elle-même subordonnée à cette fatalité accablante, et les masques, surtout le Comédien et Rorschach, sont présentés comme la réponse absurde et désespérée de l'humanité au monde absurde et désespérant.
Au fait, j'ai dit "désacralisation" et pas "profanation", donc , à part peut-être pour le meurtre du Hibou 1, pas de trash dégueu et inutile.

Les personnages sont pris au piège de leur condition humaine, qu'ils ont pourtant essayé d'outrepasser, et sont à ce titre confrontés à des émotions et des problèmes humains, mais de façon juste et vraisemblable, pas comme dans ces histoires foireuses où on essaie d'humaniser les héros en leur collant des emmerdes de couple/de gosses/de boulot/de loyer complètement bidons et chiantes au possible. Roulement des yeux

Les héros sont simplement mis en face de leurs impuissances, ce qui est visible dans l'attitude du Spectre 1 vis-à-vis de son viol, qu'elle regarde après coup sans s'en indigner, ou dans la discussion où le Spectre 2 doit convaincre Manhattan d'aider des gensses, en sachant qu'elle finira par le convaincre, mais sans savoir comment le faire.

A ce propos, Manhattan, bien qu'il puisse "voir ses ficelles" n'est en dépit de sa nature quasi-divine pas plus libre que les autres personnages. D'un point de vue pratique, il n'est par exemple pas capable de désarmer la totalité d'une frappe nucléaire en cas d'attaque. Et plus généralement, bien qu'il ait une perception globale et instantanée du temps, il ne peut que subir les évènements et n'est qu'un spectateur, ou du moins un simple interprète, de l'Histoire implacable.

La manifestation la plus sensible de la fatalité de l'Histoire est évidamment la menace nucléaire qui pèse sur le monde. Le monde des Watchmen est en effet en pleine guerre froide, et l'apparition du Dr Manhattan a eu beau permettre aux USA de gagner le Viet-Nam, de faire un bond de dix ans dans la technologie, il n'a fait qu'instaurer un équilibre vague et temporaire dans la course aux armements entre les blocs, qui a au contraire continué jusqu'à rendre sa présence inutile, et n'a bien etendu rien fait pour la réconciliation est/ouest, donc ni perestroika, ni ouverture, nouvelles preuves de l'impuissance de Manhattan, qui de toutes manières s'en fout à moitié, et ne fait que constater que tout part en couille sans même pouvoir vouloir y changer quelque chose. Confus

Même le gars Ozymandias, dont l'intervention semble pourtant amener une solution, nous fait un bel Epic Fail. Mort de rire Il est bien gentil de réconcilier les deux blocs avec son idée complètement WTFesque d'invasion de poulpe extradimentionnel mutant télépathe, et accessoirement assez cthuvien dans l'aspect et le concept: "Les voyants du monde sont bons pour des années de cauchemars"...

Il se compare à Alexandre tranchant le Noeud Gordien, il est persuadé d'avoir percu la totalité du problème, et de l'attaquer dans sa globalité avec des armes qui le dépassent. En réalité, il n'a fait qu'en entrevoir une fraction, et a réduit la machination cosmique à la menace atomique. Il n'a pas fait grand'chose de plus que les autres illuminés en collant qui combattent les trafiquants de drogue et les voleurs de bijoux en espérant guérir le monde de son malaise généralisé. Au mieux, il n'a sectionné que quelques "ficelles", mais sûrement pas le Noeud. Roulement des yeux

La déclaration finale de Manhattan: "Rien ne finit jamais, Adrian. Rien. Jamais." prend un tour incroyablement ironique, tragique et pessimiste quand on se rend compte, tout à la fin, que le projet d'Ozymandias va être révélé par le journal de Rorschach malgré les précautions de Manhattan, que ça va créer une polémique, et que tout va repartir encore plus mal qu'avant. Choqué

Et encore, je suis convaincu de ne pas en avoir dit assez. Il y a des tonnes de détails fascinants à interprêter, comme la tête des gens bizarres dans le restaurent quand le Spectre et le Hibou 2, les espèces de pipes bizarres avec une sphère au bout qui reviennent tout le temps, et plein d'autres trucs que je n'ai pas encore déchiffrés, et qui font que cette oeuvre mériterait bien un volume deux fois plus gros qu'elle-même pour en analyser chaque page en profondeur.


Bon, maintenant je vais répondre à la question principale du topic: Qui que c'est mon perso préféré? Ben j'ai longtemps hésité avec Manhattan, Ozymandias et le Comédien (chez lequel on retrouve des traits psychologiques du Joker de The Killing Joke) mais au final, je crois bien que mon favori est Rorschach, comme pour des tonnes de gens.

Bien évidemment, comme tout le monde, je le trouve carrément trop awesome, avec les extraits de son journal qui sont marrants tant ils sont exagérés, ou pendant le passage de son évasion, où s'ils n'était pas si moche, il pourrait paraître gar!Moqueur Pour le côté batman caricatural, psychopathe qui a la classe, il se défend à mort, et à ce titre, il part déjà gagnant par rapport aux autres gars. Cool

Mais surtout, le gars Rorschach incarne selon moi de façon paradoxale et frappante toute la démence et le nihilisme de l'univers des Watchmen. Confus En effet, il a beau être présenté comme un gars avec des convictions extrêmement profondes, fortes, binaires, qu'il assume à fond, derrière son extrêmisme, ses délires millénaristes et sa frénésie de "justice" immanente et expéditive dignes d'un authenitque fanatique chrétien moyennâgeux, Il y a une frustration nihiliste, un vide, un abîme moral et émotionnel qu'il s'efforce de combler avec des certitudes arbitraires et démesurées.

Sans ça, comment comprendre des déclarations telles que : "Dieu n'était pas là. Juste l'Infini, les ténèbres. Nous étions seuls. On vit parce qu'il faut bien. On s'invente des raisons après..." Rorschach s'est simplement inventé des raisons, comme la "justice", parce qu'i ressentait ce vide plus que les autres. En cela il est très semblable au Comédien, et son cas est peut-être même plus frappant.

En plus de ça, sa psychologie est sans doute extrêmement tordue (comme je viens de le montrer) et est un véritable trésor pour psychanalyste freudien. J'ai pour le moment la flemme de détailler les tonnes et les tonnes de sous-entendus bizarres, tous les détails qui en font un gars à la sexualité et aux émotions troublées, refoulées, perturbées dansleurs repères élémentaires, mais qui en deviennent réellement fascinantes tant elles sont développées, fouillées...
_________________
Hupadgh orr'e, lloigoth, Ubbo Sathla h'fhalma, h'gnaiih, h'gof'nn! Iä! Ubbo Sathla fhtagn!
I want YOU to join my cult!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Planete-Alien.net - Le Forum Index du Forum -> Cinéma Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB© 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com